WPP développe ses activités

Publié le par arnaudmilitantassociatif

richard_attias_wpp.jpgLa décision de Martin Sorrell de prendre des parts dans l’entreprise de Richard Attias a été saluée par les spécialistes de la communication. Ce rapprochement répond à une double stratégie du groupe britannique, s’orienter vers les métiers du numérique et renforcer sa présence sur les marchés émergents. De nombreux sommets ont ponctué l’actualité de RAA en 2013, et avec cette association, 2014 sera celle des rencontres internationales…


Une alliance entre deux géants

Richard Attias et Associates attire l’attention sur ses activités et ses résultats, comme le souligne Challenges, l’entreprise va générer en 2014 « 50 millions de dollars, contre plus de 35 millions de dollars en 2013 ». De son côté, WPP a vu son chiffre d’affaires cumuler à 12 milliards d’euros pour 2013.

Cbnews évoque pour sa part la présence internationale des deux groupes. Alors que l’Asie est le terrain de chasse privilégié de Martin Sorrell, « Richard Attias & Associates a aussi des bureaux à Paris, Londres, Rabat et Dubaï », et son entreprise emploie déjà plus de 50 personnes à travers le monde. 


WPP un vecteur de croissance

L’alliance avec l’agence britannique est un formidable vecteur de croissance. D’ailleurs, outre le partenariat avec RAA, WPP attire de nombreuses sociétés. Récemment, sa filiale Tenthavenue, a annoncé « une participation majoritaire au capital de la société sud-africaine The Mobile Airtime and Rewards Company (TMARC), filiale de Jupicorp spécialisée dans le marketing publicitaire sur téléphone mobile ». 

Son dynamisme pousse le groupe à faire des restructurations internes, il a par exemple organisé une fusion de « ses entités 24/7 Media et Xaxis, sous la marque Xaxis, avec l’ambition d’être «la plus grande plateforme programmatique média du monde» ». Tous ces changements représentent « l'opportunité d'être encore plus agressifs dans notre stratégie axée sur l'essor des nouveaux médias et des marchés émergents » confiait ainsi Martin Sorrell.

Commenter cet article